envoyer un e-mail
  gorges du trient   i-docens   cascade de la pissevache
 
les pages
1.  Un passé touristique
2. L'industrie hôtelière
3. L'Ottanelle des Glaciers
4. Miéville et Gueuroz
5. Le passé industriel
6. Force hydroélectrique
7. Le chemin de fer
 
3. L'Ottanelle des Glaciers
 
Vernayaz, l'Ottanelle des anciens, doit son nom aux vernes (en patois La Vernéya), aunes, qui couvraient le sol. Il apparaît pour la première fois dans les donations de 515. La tradition rapporte que le village d'Ottanelle était bâti au pied du Mont, à l'endroit appelé Glaciers, et qu'il fut complètement détruit par les éboulements et les inondations. En ce temps là, un superbe coteau de vigne s'étalait à la place des débris de rochers. Ce serait là que s'établirent les premiers habitants, et de là qu'ils gravirent la pente boisée de la montagne, découvrirent la vallée du Trient couverte de forêts, le vieux Silvanum, dont ils firent un mayen où les troupeaux venaient passer la belle saison, et finirent par y construire des chalets et s'y fixer eux-mêmes définitivement.

Vernayaz n'était alors habité que pendant l'hiver. Certaines familles descendaient l'automne de Salvan, avec le bétail, et y remontaient au printemps. L'insalubrité du sol résultant de la stagnation des eaux rendait ce séjour difficile, surtout en été, et occasionnait des fièvres pénibles et fréquentes.

C'est au début du 19e siècle que l'on a commencé à s'y établir à l'année, et plus particulièrement depuis que les canaux de dessèchement et d'assainissement eurent été creusés. Le climat et la culture y ont immédiatement gagné. Le "nouveau Vernayaz" a été bâti dès 1850 et le développement s'est accentué le long de la grand'route qui devint une grand'rue. La route qu'ont suivie tant d'armées et tant de générations passait autrefois au pied de la montagne. Elle fut maintenue jusqu'en 1784. A cette date, deux importants éboulements l'engloutirent.  

 
  page précédente page suivante