envoyer un e-mail
  gorges du trient   i-docens   cascade de la pissevache
 
les pages
1.  Un passé touristique
2. L'industrie hôtelière
3. L'Ottanelle des Glaciers
4. Miéville et Gueuroz
5. Le passé industriel
6. Force hydroélectrique
7. Le chemin de fer
 
4. Miéville et Gueuroz
 
A proximité de la Cascade du Pissevache, Miéville, la Média-Villa des anciens, a partagé les destinées d'Ottanelle-Vernayaz. Heureuse d'avoir échappé aux inondations, éboulements, avalanches et autres catastrophes dont elle fut menacée de toutes parts, cette paisible localité paraît avoir eu jadis quelque importance; les vestiges d'une muraille sembleraient le confirmer. Plus tard, au 13e siècle, les écrits font mention d'une maladrerie proche de la Porte de la Balmaz. En 1466, l'abbaye menace d'excommunication toute personne qui se permet de rendre visite aux lépreux; en 1551, l'abbaye donne à nouveau des ordres sévères relatifs à cette léproserie…
Le hameau de Gueuroz (de gorges) est perché à vingt minutes au-dessus des Gorges du Trient, sur un minuscule épaulement et dans un site enchanteur. Les cerises de son vallon que goûta Eugène Rambert nous attirent d'une saveur de poésie.

C'est à proximité de là que, le 21 mai 1844, plus de 60 intrépides chasseurs se trouvaient postés pour barrer le passage à Vernayaz à la Jeune-Suisse libérale "ouvrière du démon", poursuivie par les Haut-Valaisans de la Vieille-Suisse, conservatrice, pour ce qui fut le Combat du Trient. Sous le tir plongeant des 60 chasseurs, la phalange qui s'avançait hardiment sur la route fut décimée. Vernayaz y fut alors incendiée par les fuyards.

Le célèbre pont de Gueuroz avec ses 187 m de hauteur fut longtemps le plus haut d'Europe; construit de 1931 à 1934 il permet de rejoindre Salvan, de Martigny, par la route.
 
  page précédente page suivante