envoyer un e-mail
  gorges du trient   i-docens   cascade de la pissevache
 
les pages
1.  Un passé touristique
2. L'industrie hôtelière
3. L'Ottanelle des Glaciers
4. Miéville et Gueuroz
5. Le passé industriel
6. Force hydroélectrique
7. Le chemin de fer
 
5. Le passé industriel
 
Au 18e siècle, on mettait à contribution les forêts de la vallée pour les bois amenés par flottage jusqu'en plaine. Deux frères Schmid de Franche-Comté installèrent bâtiments, ouvriers et fours pour la fonte du verre; Vitres, bouteilles, verres à boire, cloches de melon, burettes, carafes, pots à confitures, tubes de lampes, globes de falots, etc. sortirent de cette industrie. Au 19e siècle, on exploita les ardoises. L'ardoise fine, résistante et d'excellente qualité de la vallée du Trient trouva un marché dans les cantons romands et la Savoie notamment. Le Banbiollain près de Vernayaz fut ainsi perforé en mille endroits.
L'économie touristique ayant perdu de son attrait au début du siècle, Vernayaz comme Miéville disposant de larges emplacements et de liaisons tant routières que ferroviaires, de forces motrices disponibles sur place ont pu abriter diverses industries. Ainsi, une scierie, une tannerie puis une fabrique de crosses à fusils s'installèrent près de la cascade de la Pissevache. La tannerie ne fonctionna que de 1907 à 1909, bien que bénéficiant de la force électrique produite par l'usine implantée au sommet de la Pissevache. La fabrique de bois de fusil, qui avait repris les locaux de la tannerie, connut le même sort. Une usine à carbure fut édifiée et enfin une briqueterie fut construite en 1917 par les Ateliers des Charmilles à Genève. Cette industrie ferma ses portes en 1919. Les bâtiments restèrent inoccupés jusqu'en 1933, année où une fabrique d'emballages pour fruits et légumes, paniers et plateaux en bois déroulé, s'y installa. La Moderna compta jusqu'à deux cents employés et ouvriers.
 
  page précédente page suivante